Ouest France - 20 octobre 2018
Ouest France - 20 octobre 2018

Fontenay-le-Comte. Figaro, le héros de la nouvelle pièce du Noyau.

ouest-France - 31 octobre 2018

Du 23 novembre au 1er décembre, la Compagnie du Noyau jouera sa nouvelle pièce, Figaro divorce. Écrite à la fin des années 1930, elle évoque la montée du totalitarisme et l’exil. Les comédiens sont en pleine répétition sous l’égide du metteur en scène, Christophe Sauvion.

En cette matinée du samedi 27 octobre, il y a de l’animation dans la salle de Charzais. Dans leurs costumes, les sept comédiens de la compagnie du Noyau, répètent la pièce, Figaro divorce, d’Ödön von Horvàth (1901-1938).Une pièce choisie par le metteur en scène, Christophe Sauvion, directeur artistique de la compagnie yonnaise Grizzly, pour son message.

Tous les deux ans, la troupe du Noyau propose une nouvelle pièce, avec un metteur en scène différent à chaque fois. Pour cette dernière, « les répétitions ont débuté il y a un an. Aujourd’hui on peaufine », souligne Isabelle Baudouin. À la mi-novembre, ce seront les ultimes répétitions, avant la générale prévue le 22 novembre.

Un professionnel pour la scénographie

Lors de cette matinée, arrivera Armel Siret avec une imposante malle, qui servira d’élément de décor.Ce plasticien met au service de la compagnie son expérience de décorateur intérieur pour son nouveau travail de scénographe auprès des compagnies de théâtre. Il s'occupe aussi des perruques, des costumes, du maquillage…

Fontenay-le-Comte. La compagnie du Noyau s’ouvre au handicap.

ouest France - 19 septembre 2018

Alors que son assemblée générale se tient vendredi 21 septembre, focus sur l’association théâtrale de Fontenay-le-Comte, la Compagnie du Noyau, basée à Charzais, qui souhaite ouvrir l’un de ses stages à des personnes en situation de handicap.

La compagnie théâtrale de Charzais a peut-être peu de moyens mais elle a des idées. Comme celle de faire participer des personnes en situation de handicap, à des ateliers théâtraux. L’idée est venue d’un comédien professionnel qui a l’habitude de travailler avec la compagnie du Noyau. Celle-ci compte près de 160 adhérents.

« C’est une initiative de Jean-Claude Gauthier. Il nous a sollicités pour ce projet d’atelier. C’est une expérience humaine à vivre », témoigne Isabelle Aubouin, présidente de la compagnie. Cette dernière n’évoque donc aucune crainte à lancer un stage inédit, qui devrait avoir lieu aux alentours de la fin février. « Le conseil d’administration était partant à l’unanimité. »

« Le théâtre n’a pas de frontières »

« Selon nous, le théâtre n’a pas de frontières. Il est ouvert à tous, il n’a pas de limite et n’est riche que par sa diversité. Cela sera donc très intéressant de travailler avec des personnes en situation de handicap », s’enthousiasme Mme Aubouin.

Lors du dernier forum des associations, l’idée a séduit. « Sur notre stand, nous avons reçu deux personnes intéressées par le projet. Une dame aveugle et un adolescent fréquentant un institut médico-éducatif. »

Avec des exemples encourageants, voire bluffants. « Une de nos adhérentes trouvait la force de se lever de son fauteuil roulant pour monter sur scène. Ou encore un de nos comédiens amateurs qui, malgré ses problèmes à la gorge, trouvait totalement sa place grâce à une mise en scène astucieuse. »

Chaque participant pourra même démontrer ses talents, car, à l’issue de cette formation de dix heures, prévue les 23 et 24 février, « l’entourage des stagiaires sera invité à assister à une petite démonstration ».

Compagnie du Noyau : pour tous renseignements complémentaires, adresser un mail à cie.noyau@orange.fr ou par téléphone au 02 51 51 11 45.

Compagnie du Noyau : la relève est là !

Ouest France - 15 juin 2018

Samedi soir, 42 acteurs en herbe de la compagnie ont régalé le public avec les spectacles des ateliers ados, pré-ados et enfants.

On a vu

Enfants et pré-ados ont travaillé sous la direction de Caroline Bouissou, de la compagnie la Licorne, de L'Hermenault, pendant toute la saison passée. Samedi soir, au théâtre, les plus jeunes ont interprété Les loups, les quatorze pré-ados ayant exploré Les sept péchés capitaux, de Pierre Notte, Jean-Paul Allegre, Victor Haïm, Stéphane Tesson et Jean-Claude Grumberg.

L'équipe de seize ados, dont certains ont plusieurs années d'expérience, a préparé son spectacle également pendant toute l'année. Dix week-ends ou l'équivalent de 100 heures de travail !

Mélusine Fradet, de la compagnie le collectif Espace, de La Roche-sur-Yon, les a accompagnés dans George Kaplan, de Frédéric Sonntag. Elle a salué leur performance, au terme des trois représentations de jeudi, vendredi et samedi. « Vous avez été très généreux ce soir et montré une belle présence ! »

On a aimé la fraîcheur des plus jeunes et la graduation des performances au fil des âges. Ce qui revient à dire que, malgré quelques compétences initiales sans doute là chez l'un ou l'autre, pour devenir un bon acteur, c'est comme en musique, il est nécessaire de faire ses gammes très régulièrement. Ce qui n'exclut pas le plaisir... On en a eu une belle démonstration ce samedi !

Inscription pour les jeunes sur le site : www.lacompagniedunoyau.com ou cie.noyau@orange.fr

Fontenay-le-Comte. Le Noyau aux manettes d’un festival de théâtre.  

Ouest France - 17 janvier 2018

Le 24 février prochain, la Compagnie du Noyau reçoit trois autres troupes sélectionnées en départemental, à Fontenay. Une première en Vendée.

La compagnie fontenaisienne du Noyau a participé régulièrement au festival régional du Theatram pour théâtral amateur de Saint-Barthélemy-d’Anjou (Maine-et-Loire). Isabelle Baudouin, nouvelle présidente du Noyau, précise que Fontenay sera la première ville vendéenne à recevoir d’autres troupes de théâtre amateur pour la sélection départementale.

« Quand on nous a sollicités en 2017, on ne pouvait qu’accepter, sachant que nos avions nous-mêmes obtenus la Tour d’Or en 2002, une consécration nationale avec notre création de l’époque, Mastications. »

Le Noyau s’est rapproché de la municipalité pour disposer, à cette occasion, du théâtre municipal, lieu idéalement adapté, pour y jouer les trois spectacles qui seront programmés successivement dans l’après-midi du 24 février.

Parmi les trois troupes participantes, deux sont vendéennes. Un prix spécifique sera remis à la troupe gagnante.Samedi 24 février, au théâtre municipal, Fontenay-le-Comte. Réservations au 06 51 97 83 64. Tarifs : pass, 15 € ; un spectacle, 7 € ; réduit, 12 € et 5 €.

Les ados de la Cie du Noyau racontent La forêt.

Ouest France - 22 mai 2017

Les représentations publiques de leur pièce de théâtre commencent le 8 juin. Derniers paramètres pour les seize acteurs en herbe. Et derniers moments entre eux.

Rencontre

Ils sont en seconde, première ou terminale. Ce week-end, les adolescents de la compagnie du Noyau se sont activés pour peaufiner leur représentation de juin. Le tout diligenté de la main experte de la comédienne yonnaise, Mélusine Fradet. « Elle a le dernier mot sur la mise en scène, la scénographie... », énumère Paul Barrotin, président de la compagnie du Noyau.

Sauf pour le choix de la pièce interprétée. La décision a été collective : c'est La forêt, de Wadji Mouawad que le théâtre municipal va accueillir.

Un texte bourré d'humanité qui parle à tous

« La pièce évoque des thématiques communes, sur l'héritage familial : on est tous concernés, souligne Mélusine Fradet. J'ai pris beaucoup de plaisir à la mettre en scène, ils sont très investis, curieux, ils ont faim ! Je me suis surprise à voir comment leur potentiel existe et éclate. »

Allongés au soleil ce dimanche midi, les seize adolescents profitent de leur pause déjeuner pour décrire ce texte qui les fait vibrer depuis janvier. Mais aussi grandir. « Il y a la fille, Lou, qui est incarnée par Manon et Louise. Ce personnage essaye de retrouver les traces de son enfance, pourquoi sa mère l'a abandonnée, l'origine de ses grands-parents », se lance dans la description Léa. Les scènes jouent sur le passé et le présent, comment l'histoire familiale a des conséquences sur le quotidien de la jeune fille.

Pour Paul Barrotin, c'est aussi un texte qui répond aux questions existentielles des adolescents. « Comme les problématiques de l'amour, la mort, ou la guerre. »

Des thèmes graves, que l'on pourrait juger « d'adultes », mais qui agitent leur réflexion. « On peut tirer des leçons de nos personnages. Les promesses sont plus importantes que nos origines », analysent-ils, ensemble.

Une complicité à retrouver sur la scène

Seul regret : devoir quitter la peau de leurs rôles début juin. « C'est hyperfrustrant de quitter son personnage, évoque Gaël. On aurait pu aller plus loin encore. » L'idée de quitter aussi ce groupe, qui est finalement devenu leur « noyau », les attriste également. Des amitiés fortes ont pu se créer. Un liant indissociable d'une bonne interprétation.

« Dès le premier jour, on faisait un exercice où il fallait marcher dans la salle, s'arrêter et accélérer en même temps. On avait vraiment bien réussi, alors qu'on ne se connaissait pas tous. S'il n'y avait pas ça, il n'y aurait pas d'alchimie sur scène », raconte Matteo. Pour certains, La forêt est la dernière pièce qu'ils joueront dans le cadre des ateliers ados du Noyau. Une fois le bac en poche, ils iront vers d'autres horizons. Quand l'un a tenté Science Po, un autre se dirige (surprise) vers une fac de théâtre.

Jeudi 8, vendredi 9 et samedi 10 juin, à 20 h 30, représentations publiques des pièces jouées par les enfants et ado de la compagnie du Noyau, au théâtre municipal. Tarifs : de 2 € à 10 €.

Cie du Noyau : les ados mettent le feu au théâtre.

Ouest France - 7 octobre 2015

Les deux soirées pour les 20 ans de l'atelier ados de la Compagnie du Noyau laisseront au public des souvenirs mémorables de joyeuses retrouvailles autour du théâtre.

On a vu

Les « anciens », bien sûr, mais également les amis, les comédiens formateurs, les familles et les curieux ont rempli le théâtre municipal, vendredi et samedi. Pour applaudir des artistes qui, dans leur parcours, sont passés par la compagnie amateur.

Une compagnie pour laquelle « le qualitatif prime », a rappelé son président, Paul Barrotin. Les prestations soignées se sont succédé sur la scène du théâtre municipal : du clown, de la danse, des textes de théâtre d'auteurs ou des créations personnelles. Toutes accueillies chaleureusement par les spectateurs. Comme on pouvait s'y attendre, l'émotion était au rendez-vous.

L'exposition de photos et d'affiches des vingt dernières années a rappelé la place de chacun en ce moment de joyeuses retrouvailles. Un hommage a également été rendu aux absents : ceux qui n'ont pu se joindre ce soir-là à la fête, ou évocation de ceux qui ne sont plus, mais ont contribué à la richesse de cette belle aventure artistique.

Car pas question d'oublier que « le théâtre est avant tout une histoire collective où chacun s'enrichit de la présence de l'autre ».

Des Airnadette de folie

La municipalité de Fontenay a soutenu depuis le début ce projet. De vifs remerciements lui ont été adressés par Paul Barrotin, comme à l'équipe de l'espace culturel René-Cassin - La gare, qui a contribué à la réussite de ce temps fort marquant l'ouverture de la saison.

Les deux soirées intenses, fortes de créations et d'émotions, se sont achevées sur une note festive et totalement déjantée grâce à la troupe des Airnadette, dont fait partie la Fontenaisienne Béatrice de la Boulaye.

En jouant la troisième partie de leur show, enchaînant répliques et morceaux de musique « culte », ils ont mis le feu sur la scène et dans le public, debout et conquis.